Selon une tradition italienne, un rituel initiatique imprégné d’usages égyptiens est présent dès le début du 18ème dans les îles Ioniques, et se trouve opéré dans un Sanctuaire égyptien, sur l'île de Zante, au Sud de la Sicile. Il se propage avec la création de loges égyptiennes, et à partir de 1782 entre dans la République vénitienne et les régions limitrophes où il rencontre d’autres traditions, de diverses origines, hermétiques, gnostiques, kabbalistes.

Trois grands ésotéristes semblent présider à la naissance du Rite égyptien  à Venise à partir des Années 1770 :  

Ananiah le Sage, l’initié égyptien qui octroie à Gad Bédarride, selon son fils Marc, la filiation et les pouvoirs de transmission d'une Tradition maçonnique qui sera intégrée à d’autres filiations, Cagliostro, qui constitua au sein d’une société de Sociniens, le Rite de Misraïm, utilisant d’abord les rituels de son propre Rite Egyptien, puis ceux du Rite Ecossais Rectifié, enfin ceux du Rite Ecossais, Ancien Accepté, et le Baron Tassoni de Modena qui avec d’autres Kabbalistes et des initiés Chevaliers d’Orient, participa à l’émergence de l’Ordre Oriental de Mizraïm dit Rite Egyptien.

memphis 2

Et très vite, avant la fin du siècle, grâce aux activités des Loges animées par ces trois hommes, le Rite Egyptien est ancré dans le paysage maçonnique.

De Venise, il se répand en Lombardie puis arrive à Milan où en 1803, Lechangeur codifie le Rite de Misraïm, fonde un Suprême Conseil avec autorité sur les 90 grades et initie les frères Michel et Marc Bédarride. En 1813 les FF\ Bédarride, Joly, Gaborroa et Garcia reçoivent le pouvoir de diffuser le Rite de Misraïm hors d’Italie.

Ce Rite fait donc son entrée en France grâce aux Frères Bédarride, qui établissent, à leur domicile à Paris, le 21 mai 1814, un Grand Chapitre au Rite de Misraïm lequel comporte 90 degrés regroupés en quatre séries.

La Loge-Mère reçoit la lumière en mai 1814, sous le titre distinctif  de l'Arc-en-Ciel.

 

memphis 3